25 January 2019 07:47


Les affiliés de l'IBB sous l'égide du Congrès des syndicats du Zimbabwe (ZCTU) ont légitimement appelé à tenir une manifestation pacifique "Reste au loin" de trois jours du 14 au 16 janvier 2019 en réponse à l'annonce par le gouvernement de fortes augmentations du prix du carburant qui ont aggravé une situation déjà insupportable coût de la vie élevé dans le pays.


Depuis le lundi 14 janvier, les forces de sécurité poursuivent leurs attaques violentes contre les syndicats et arrêtent leurs dirigeants. Des informations font état d'une forte présence de l'armée et de la police dans les rues et les forces de sécurité agressent arbitrairement des citoyens, notamment en pénétrant dans des maisons pour traîner et frapper des personnes dans le but d'instiller la peur et de réprimer la dissidence. Douze personnes auraient été tuées et de nombreuses autres blessées lors des manifestations. À ce jour, plus de deux cents ont été arrêtés.


En outre, les communications mobiles et fixes, Internet et les médias sociaux ont été bloqués pendant deux jours pour empêcher l'accès à l'information et à la communication. Cette grande impartialité des forces de sécurité montre que le gouvernement renonce à son devoir de veiller à ce que le climat social du pays soit à l’abri de la violence et de la peur.


Les tentatives visant à réduire au silence et à punir la dissidence et à saper le droit des travailleurs et des citoyens de manifester sont effrontées et inacceptables. Les travailleurs ont le droit d’exprimer leurs points de vue sur les programmes économiques du gouvernement, notamment par le biais de manifestations pacifiques dans une atmosphère exempte de peur, d’intimidation, de coercition, de répression et de violence.


Nous appelons donc le gouvernement du Zimbabwe à prendre les mesures suivantes:

1. Cesser immédiatement toutes les attaques de la police et des autres forces de sécurité contre les travailleurs, les dirigeants syndicaux et autres citoyens.

2. Libération immédiate et inconditionnelle de tous ceux qui ont été arrêtés et détenus au cours des manifestations.

3. Accepter les demandes du ZCTU en faveur d'un dialogue social avec toutes les parties prenantes nationales afin de trouver des solutions aux problèmes économiques actuels du pays.

4. Instituer une enquête judiciaire indépendante sur les récents actes de violence de la police et punir les personnes reconnues coupables comme moyen de dissuasion de commettre de nouveaux actes de violence. 


Act Now

Join BWI Action

Items marked as * are mandatory.