LafargeHolcim, engagez-vous concrètement en faveur des droits des travailleurs!

L’entreprise a annoncé des versements importants aux actionnaires pour les bons résultats financiers de 2020. Mais il n'y aurait pas de bénéfices sans les milliers de travailleurs qui peinent chaque jour pour LafargeHolcim. Beaucoup d'entre eux ne sont même pas reconnus comme des employés de LafargeHolcim, mais sont cachés en tant que sous-traitants ou travailleurs tiers qui se voient souvent attribuer les tâches les plus dangereuses, gagnent des salaires minables et sont contraints de faire des heures de travail excessives par peur d'être licenciés, quelques-unes des nombreuses pratiques de travail discriminatoires.  


Avant la fusion en 2015, l'effectif combiné de LafargeHolcim était estimé à plus de 140 000 employés directs. Un peu moins de six ans plus tard, LafargeHolcim affirme n'employer que 67 000 travailleurs, seulement en 2019 et 2020, 9 646 travailleurs ont perdu leur emploi. En Asie du Sud, pour un travailleur permanent, il y a environ neuf temporaires.

Malgré l'annonce de la stratégie Ambition "0", avec l'objectif de zéro préjudice, les travailleurs de LafargeHolcim ne sont toujours pas en sécurité et perdent la vie. La plupart des victimes sont des travailleurs des sous-traitants ou de tiers.  


Cette mauvaise pratique de travail doit changer !


A la veille de l'Assemblée générale des actionnaires de LafargeHolcim, nous demandons:


  • Respecter les normes de santé et de sécurité internationalement reconnues par l'OIT et s'assurer que les syndicats ont accès aux lieux de travail et les inspectent, tandis que les travailleurs peuvent refuser les emplois dangereux.

  • Réglementer la sous-traitance dans l'entreprise, s'assurer que les travailleurs sous-traitants et tiers sont bien protégés, notamment pendant la pandémie de Covid-19 et la période post-pandémique

  • Inclure une dimension sociale dans les politiques d'atténuation du changement climatique et de numérisation de l'entreprise et veiller à ce que des conditions d'emploi décentes et une transition juste soient assurées

  • Reconnaître les syndicats mondiaux comme des partenaires légitimes et entamer un véritable dialogue visant à signer un accord-cadre mondial sur les droits des travailleurs et la santé et la sécurité au travail

Téléchargez notre matériel campagne ici.  


World Union Council statement