Nigeria : Les travailleurs sensibilisent le public contre l'amiante

L'IBB a organisé une réunion sur les dangers de l'amiante le 2 novembre à Abuja, au Nigeria, à laquelle ont participé des représentants du syndicat ‘Trade Union Congress (TUC)’, du ‘Nigeria Labour Congress (NLC)’, de ‘Civil Construction and Engineering Senior Staff Association (CCESSA)’, du ‘National Union of Civil Engineering Construction Furniture and Wood Workers (NUCECFWW)’, du ministère du Travail, de ‘Federation of Construction Industry (FOCI)’ et des médias.


L'IBB a déclaré que l'amiante est un produit toxique utilisé dans de nombreux projets de logement, dans les transports maritimes et dans d'autres produits ménagers. Elle a déclaré qu'il est hautement cancérigène, exposant de nombreuses personnes, en particulier les travailleurs et les utilisateurs finaux.  


Citant des rapports de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le syndicat international a déclaré qu'environ 125 millions de personnes dans le monde sont exposées à l'amiante sur leur lieu de travail. On estime que 170 000 personnes meurent chaque année d'un cancer du poumon lié à l'amiante, d'un mésothéliome ou d'une asbestose résultant d'une exposition professionnelle.


Lors de ladite réunion, trois (3) points d'observation clés ont été soulignés :  


  • Les données nigérianes sur les risques sanitaires liés à l'amiante sont inadéquates ou non disponibles.
  • Les informations inadéquates sur les types de produits contenant de l'amiante, les risques sanitaires associés et les mesures de contrôle pour minimiser les effets négatifs et les risques pour les utilisateurs finaux.
  • La réglementation / législation sur l'utilisation de l'amiante au Nigeria est négligeable, ce qui expose de nombreux travailleurs.

Les participants à la réunion ont proposé la création d'un comité de pilotage de réflexion pour élaborer un plan de campagne de sensibilisation et de plaidoyer prêt en 2022.


Il a également été demandé au ministère fédéral du travail et au bureau fédéral des statistiques de créer un "bureau des données" pour la collecte et la diffusion des informations.


Les parties prenantes concernées, notamment le ministère fédéral de la Santé, la NECA, la NLC, le TUC et les médias, ont également été invitées à participer activement à la sensibilisation du public sur les dangers de l'amiante.


Les participants ont également identifié la nécessité d'obtenir un soutien technique de la part de l'IBB et de l'Organisation internationale du travail (OIT) pour aider à organiser une campagne nationale sur l'amiante dans le pays en 2022.


En termes de politique, la mise en place d'un programme national pour l'élimination des maladies liées à l'amiante (NPEAD) a été proposée afin d'aboutir à un document politique consensuel qui souligne l'ampleur du problème et les stratégies d'élimination des maladies liées à l'amiante.